La Menace de SK Tremayne qui ne vous fera pas frissonner

La Menace de SK Tremayne

Rachel vient d’épouser David, un riche et séduisant avocat, héritier du domaine de Carnhallow au cœur des Cornouailles. Après des années de pauvreté, Rachel est heureuse de pouvoir enfin fuir son passé sordide et commencer une nouvelle vie dans ce splendide manoir où vit également Jamie, le fils de David. Mais le rêve prend vite fin. Le souvenir fantomatique de la défunte épouse de David, Nina hante encore les lieux. Jamie d’ordinaire affectueux adopte un comportement inquiétant et prédit des événements qui se produisent réellement.

Rachel ne sait que croire. Son beau-fils est-il capable de prédire l’avenir, comme ces ancêtres avant lui si l’on en croit la légende? Nina est-elle morte de manière accidentelle ou a-t-elle été assassinée?

Une chose est sûre une menace plane sur Rachel.

C’était une vérité douloureuse. Quand on avait un enfant, l’inquiétude entrait dans votre cœur pour ne plus jamais en sortir, mais aussi, de temps en temps, il y avait des instants de joie, des bonheurs si fulgurants qu’on savait qu’à l’heure de sa mort, c’est à cette aune-là qu’on jugerait son existence, à cela qu’on penserait sur son lit de mort.


Mon avis

Après l’Écosse, c’est au cœur des Cornouailles et de ses mines que SK Tremayne plante le décor de huis-clos anxiogène. Mais comme le laisse présager le synopsis, cette intrigue clairement inspirée de Rebecca de Daphné du Maurier sent le réchauffé. Rachel se retrouve donc dans un « Manderley » hanté par le fantôme de Nina, en compagnie d’un beau-fils très inquiétant qui m’a tout de suite fait penser à Damien dans 666 la malédiction ou Lucius dans le jeu-vidéo éponyme. Car à mon sens, ce gamin est cent fois plus flippant qu’un énième manoir hanté.

Car on s’ennuie ferme dans ce roman. Autant j’avais apprécié le cottage écossais dans le Doûte, autant je n’ai pas du tout accroché à l’atmosphère des mines, j’ai eu énormément de mal à m’y projeter, les descriptions à rallonge de l’auteur n’aidant absolument pas.

Encore une fois, SK Tremayne joue sur le même ressort: fantômes ou hallucinations? phénomènes paranormaux ou maladie mentale? A vous de choisir! Mais si ça marchait plutôt bien dans Le Doute de laisser le lecteur dans « le doute », ici ça sonne plutôt comme une fin en queue de poisson. L’intrigue est à la limite du plausible, le comportement des personnages est incohérent. Je ne parle même pas du dénouement plus que prévisible, digne d’un mauvais téléfilm et totalement tiré par les cheveux.

Les –
  • Beaucoup de longueurs et de descriptions à rallonge
  • Une intrigue qui sent le déjà-vu à plein nez
  • Des personnages au comportement totalement incohérent
  • Un dénouement prévisible et tiré par les cheveux

Titre : La Menace
Auteur : SK Tremayne
Editions : Presses de la cité
Publication : 2 mars 2017
Pages : 395 pages
Ma note : 2/5
Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Je ne connaissais pas du tout ce livre, mais je pense que je ne le prioriserai pas dans mes prochains achats !! PAr contre le Doute (dont je viens de voir le résumé) me tente bien plus 🙂
    A voir donc !
    Passe une bonne soirée !
    (Nina)

    Aimé par 1 personne

  2. Yvan dit :

    J’ai eu le même ressenti. Le premier roman fonctionnait bien mais celui-ci était long et vraiment pas crédible

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s