Le ferry, une traversée horrifique signée Mats Strandberg

Le Ferry – Mats Strandberg

En Suède, 1200 passagers s’apprêtent à embarquer sur le Baltic Charisma pour une traversée sur la mer Baltique, direction la Finlande.  Parmi eux, il y a Marianne qui cherche à s’échapper de la pesante solitude de son quotidien, Calle qui va demander son petit-ami en mariage, Zandra qui rêve de passer la nuit dans les bras d’une ex-star de la chanson, Albin qui attend impatiemment de retrouver sa cousine Lo qu’il aime en secret… mais il y a aussi deux mystérieux passagers aux sombres desseins.

Alors qu’à bord la fête bat son plein, que l’alcool coule à flot et que les esprits s’échauffent, la traversée va lentement basculer dans l’horreur.

Vous êtes à la recherche d’un bon roman d’horreur pour l’été? Ne cherchez plus, vous avez trouvé! Moi qui suis toujours à la recherche de romans de ce genre (ils se font tellement rares!), je remercie vivement les éditions Bragelonne d’avoir comblé mes espérances.

Sans vouloir trop en dévoiler, le livre étant paru dans la collection l’Ombre, attendez-vous à du fantastique. Le 4ème de couverture qualifie d’ailleurs l’auteur de « Stephen King suédois ». Pour ma part, ce roman m’a beaucoup fait penser tant au niveau de l’atmosphère que du style à « Laisse-moi entrer » de Lindvisqt.

Dès les premières pages, le décor du Baltic Charisma est planté. Bien loin de son passé fastueux, le ferry n’est plus le lieu de villégiature privilégié des nantis. C’est devenu une banale escapade pour les familles modestes et les âmes perdus qui souhaitent le temps d’un week-end se souler et oublier leur quotidien. Mats Strandberg dresse un intéressant portrait social de la Suède, en brossant avec finesse les portraits de quelques uns de ces passagers qui évoluent à son bord.

De chapitres en chapitres, on passe rapidement d’un passager à l’autre, assistant à des scènes en apparence banales. Dans cet oppressant huis-clos, l’intrigue progresse avec lenteur, à l’image du mal qui se répand insidieusement dans le ferry jusqu’à ce que l’horreur éclate au grand jour. Une seule chose alors compte: survivre! Âmes sensibles, vous feriez bien de passer votre tour sur cette lecture.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. lacourseauxmots dit :

    Je ne connaissais pas, mais pourquoi pas le découvrir si j’en ai l’occasion 🙂

    Aimé par 1 personne

  2. Je ne connaissais ni le titre, ni l’auteur, mais ta chronique me donne envie de frissonner un peu avec ce livre! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s