Quand sort la recluse, une captivante enquête du commissaire Adamsberg signée Fred Vargas

Quand sort la recluse – Fred Vargas

 – Trois morts, c’est exact, dit Danglard. Mais cela regarde les médecins, les épidémiologistes, les zoologues. Nous, en aucun cas. Ce n’est pas de notre compétence.
– Ce qu’il serait bon de vérifier, dit Adamsberg. J’ai donc rendez-vous demain au Muséum d’Histoire naturelle.
– Je ne veux pas y croire, je ne veux pas y croire. Revenez-nous, commissaire. Bon sang mais dans quelles brumes avez-vous perdu la vue ?
– Je vois très bien dans les brumes, dit Adamsberg un peu sèchement, en posant ses deux mains à plat sur la table. Je vais donc être net. Je crois que ces trois hommes ont été assassinés.
– Assassinés, répéta le commandant Danglard. Par l’araignée recluse ?

Avis aux arachnophobes, ce polar pourrait bien vous donner quelques sueurs froides. Car le meurtrier dans cette nouvelle enquête du commissaire Adamsberg n’est autre qu’une petite araignée solitaire d’à peine 1cm, en apparence inoffensive, mais dont la morsure a de quoi faire frémir. En effet, loin d’être neurotoxique comme celui de la Veuve Noire, le venin de la recluse entraine des cas de nécrose allant jusqu’à la gangrène et à l’amputation quand le patient n’est pas traité à temps.

Aussi quand l’araignée fait trois victimes dans le sud de la France mettant internet en émoi, l’affaire parvient aux oreilles du commissaire Adamsberg et son intérêt vire rapidement à l’obsession ? Comme son nom l’indique, l’araignée recluse n’aime pas vraiment la compagnie et il est très rare de croiser sa route vu qu’elle ne sort chasser des insectes que la nuit venue. Plus troublant encore, le venin d’une seule araignée ne suffirait pas à tuer brutalement en 2 jours une personne en parfaite santé. Pour Adamsberg, c’est évident il s’agit d’un meurtre !  Contre l’avis de sa hiérarchie, il ouvre une enquête et ne tarde pas à découvrir que les victimes, des hommes âgés, ont un point commun : l’orphelinat de la Miséricorde.

On retrouve avec plaisir le commissaire Adamsberg dans cette nouvelle enquête. L’intrigue peut parfaitement se lire sans avoir lu les précédents tomes qui permettent surtout de mieux comprendre les relations entre les personnages. Personnellement je n’ai lu jusqu’ici que Pars vite et reviens tard et regardé un peu la série de téléfilms sur France 2 et j’ai beaucoup apprécié cette nouvelle enquête.

Fred Vargas signe ici un polar très bien documenté tant au niveau zoologique qu’historique (rien d’étonnant vu qu’elle est archéozoologue et médiéviste), le roman est truffé de références intéressantes qu’on prend plaisir à découvrir, le tout au service d’une intrigue des plus prenantes. Si je préfère de loin la tension permanente des thrillers à l’ambiance plan-plan de commissariat des polars, j’ai été captivée ici par l’intrigue et sa complexité, car jusqu’à la fin du roman le mystère plane quant au mode opératoire utilisé par le tueur et sur l’identité de ce dernier qui ne sera révélé que dans un surprenant final.

Quand sort la recluse fait partie des nominés pour le Prix du Jury Audiolib 2018 et c’est dans ce cadre que j’ai eu l’immense plaisir de découvrir ce brillant polar que je vous conseille vivement.

Titre : Quand sort la recluse
Auteur : Fred Vargas
Editions : Audiolib (lu par Thierry Janssen)
Publié : novembre 2017
Durée d’écoute : 11H54

 

2 Comments

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s