Ma Reine de Jean-Baptiste Andrea, une parenthèse enchanteresse

Ma Reine – Jean Baptiste Andrea

Vallée de l’Asse. Provence. Été 1965.

Shell n’est pas un garçon comme les autres. A 12 ans, il ne va plus à l’école et sert l’essence dans la station service de ses vieux parents.

Il faut voir les choses comme ça, a dit mon père en me montrant la belle photo de l’Alfa Roméo Giulietta au-dessus de son bureau : je suis un peu comme elle, mais avec un moteur de 2CV dedans.

Mais quand il manque accidentellement de mettre le feu à la station service en fumant une cigarette, ses parents décident qu’ils sont trop vieux pour s’occuper de ce garçon trop différent et qu’il est temps de le placer dans un centre spécialisé.

Foudre de guerre. Génie. Lumière. C’était tout ce que je n’étais pas, on n’arrêtait pas de me le répéter. Maintenant il faut que je le dise, je suis bizarre. Moi je ne trouve pas, mais les autres oui.

Alors Shell quitte la maison pour aller à la guerre et prouver qu’il est un homme. Mais sur le plateau qui surplombe la vallée, il fait une rencontre qu’il va changer sa vie : Viviane, une jeune fille à l’imagination vive qui va devenir Sa reine.

Mais j’avais une reine, je savais déjà que je ferais tout pour elle, pas parce que j’avais juré mais parce que j’en avais envie, et j’ai pensé que c’était peut-être ça, être un héros: faire des choses qu’on n’est pas obligé de faire.


Mon avis

Déjà lauréat du prix Femina des lycéens, du prix du Premier roman et du prix « Envoyé par la Poste », Ma Reine fait partie des nominés pour le Prix du Jury Audiolib 2018 et c’est dans ce cadre que j’ai eu le plaisir de découvrir ce livre.

Après avoir quitté sa famille, le héros surnommé Shell à cause de son blouson de la station essence éponyme, fait la connaissance d’une jeune fille de son âge, Viviane. Elle s’autoproclame Reine de ce pays et Shell est tout disposé à obéir au moindre de ces ordres. Seulement, il ne doit jamais venir dans son château, cela romprait le charme. Elle lui fait également promettre de ne plus jamais pleurer, il lui fait promettre de ne jamais partir. Shell tiendra sa promesse. Viviane non. L’histoire prend alors un tour tragique pour Shell.

Jean-Baptiste Andrea ouvre ici une parenthèse poétique et enchanteresse qui nous emmène au pays de l’enfance et de l’imaginaire à travers le récit de son jeune narrateur qui par son verbe teinté d’humour n’est pas sans rappeler le personnage de Courgette dans Autobiographie d’une Courgette de Gilles Paris. L’innocence et la naïveté de Shell en font un personnage attachant pour lequel on se prend facilement d’affection, ce qui rend le dénouement d’autant plus déchirant et magnifique à la fois.

Titre : Ma Reine
Auteur : Jean-Baptiste Andrea
Edition : Audiolib (lu par Guillaume Jacquemont)
Publié : mars 2018
Durée d’écoute : 3H48

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s