Bakhita, un nom que vous n’êtes pas prêts d’oublier

Bakhita – Véronique Olmi

Pour ce récit, sa mémoire est revenue. Mais son nom, elle ne l’a jamais retrouvé. Elle n’a jamais su comment elle s’appelait. Mais le plus important n’est pas là. Car qui elle était, enfant, quand elle portait le nom donné par son père, elle ne l’a pas oublié. Elle garde en elle, comme un hommage à l’enfance, la petite qu’elle fut. Cette enfant qui aurait dû mourir dans l’esclavage a survécu, cette enfant était et reste ce que personne jamais n’a réussi à lui prendre.

Enlevée à 7 ans dans son village du Darfour, la petite que les négriers surnommèrent Bakhita « La chanceuse » va connaitre pendant des années les souffrances de l’esclavage avant d’être rachetée par un consul italien et de quitter sa terre natale pour l’Italie, où un destin incroyable l’attend.

On lui a souvent demandé de raconter sa vie. Bien sûr, elle n’a pas tout dit. Pouvaient-ils tout entendre ceux qui lui demandaient de se souvenir ?


Déjà lauréat du Prix Goncourt Choix de l’Orient 2017 et du Prix du roman FNAC 2017, Bakhita fait partie des nominés pour le Prix du Jury Audiolib 2018 et c’est dans ce cadre que j’ai eu l’immense plaisir de découvrir enfin ce livre qui dès sa sortie avait marqué la rentrée littéraire et m’intriguais beaucoup.

Véronique Olmi nous livre une émouvante exofiction dans laquelle elle retrace le parcours incroyable de Sainte Joséphine Bakhita. D’abord esclave au Soudan puis domestique en Italie, elle a choisit d’entrer au couvent pour devenir religieuse et dédier sa vie à aider les démunis et les orphelins. Après sa mort, elle a été béatifiée en 1992 et canonisée par Jean-Paul II en 2000.

Cette sainte fille d’Afrique, montre qu’elle est véritablement une enfant de Dieu : l’amour et le pardon de Dieu sont des réalités tangibles qui transforment sa vie de façon extraordinaire. – Jean Paul II –

L’auteure a su trouver les mots justes pour retranscrire les pensées et sentiments les plus intimes de la jeune soudanaise. Sa plume poétique nous aide à supporter les horreurs de l’esclavage, les sévisses infligés à la jeune esclave qu’elle décrit avec réalisme et pudeur.

Arrachée aux siens à l’âge de 7 ans, jamais Bakhita ne retrouvera sa famille, ni son village natale. De son enfance, il ne lui reste que quelques bribes de souvenirs. Elle a presque tout oublié, même son vrai nom. Et grâce à cette bouleversante biographie romancée, Véronique Olmi fait en sorte que vous, vous ne l’oubliez jamais celui de cette petite esclave soudanaise devenue Sainte Joséphine Bakhita.

Titre : Bakhita
Auteur : Véronique Olmi
Editions : Audiolib (lu par l’auteure)
Publié : mars 2018
Durée d’écoute : 13H11

1 Comment

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s